Steve Frécinaux

Un avis sur Google Talk

Après avoir réquisitionné le PC parental encore sous Windows pour tester le nouveau logiciel de messagerie/téléphonie de Google, appelé sobrement Google Talk1, et qui a d’ores et déjà fait le tour de l’internet, voici un petit résumé de ce que j’en pense.

Google Talk est un logiciel de messagerie et de téléphonie par internet basé sur le protocole libre XMPP, mieux connu sous le nom de Jabber. Il ne permet pas de se connecter à un autre serveur que celui de Google, mais par contre, on peut déjà se connecter à ce serveur grâce à d’autres clients libres comme Gaim ou Kopete. Un bon point pour Google, qui le perd rapidement : le serveur Jabber de Google ne communique pas avec les autres serveurs Jabber2. Cependant, ils semblent motivés (du moins dans la FAQ des développeurs) par un désir d’interopérabilité, donc il est possible d’espérer que cela changera. Après tout c’est une version bêta, et ça ne m’étonnerait pas que l’interopérabilité passera par le désormais célèbre système de passerelles Jabber. Voilà pour les considérations techniques.

Mise à jour : Quelques détails supplémentaires sur Jabber et Google Talk par Lucas Nussbaum

Au niveau de l’interface principale, on peut dire que Google Talk a pris le contrepied de ses concurrents. C’est sobre. Propre. Fonctionnel. Quelques boutons déguisés en liens et l’obligatoire boite de recherche (c’est Google, oui ou non ?). J’aime bien. Il est possible de définir un statut personnalisé en cliquant sur celui-ci, ou en choisir un prédéfini en cliquant sur la flèche. Voilà qui remplace avantageusement ces horribles « pseudos MSN », cauchemar des gens sérieux, qui ne retrouvent jamais leurs contacts. D’ailleurs, dans Google Talk, on ne peut pas changer son pseudo.

L’interface de discussion est nickel aussi. On retrouve une interface simplifiée, tenant sur très peu de place (au contraire d’un MSN qui demande un écran complet). Plus dans la trempe des logiciels libres. L’interactivité est réduite au minimum. Un bouton pour envoyer un mail, un autre pour commencer une discussion audio si votre correspondant dispose d’un micro, un contrôle pour régler le volume du micro, et c’est tout. Pas de smileys personnalisés. Pas de smileys tout court, en fait. Même pas d’avatar. Ça ressemble un peu à mon Gaim, configuré dans la même optique.

Lorsque le même protagoniste envoie plusieurs messages les uns à la suite des autres, ils s’affichent l’un à la suite des autres (rien de plus normal) mais son pseudo ne se répète pas. Ce n’est pas grand chose, mais c’est très agréable. Ça donne un aspect sérieux, propre. J’adore.

La téléphonie fonctionne bien, apparemment sans trop de latence, j’ai même eu le plaisir de découvrir la voix de Maurice Svay. Mais je crois que, à de rares exceptions près, je préfère le clavier au microphone.

Lorsqu’on converse simultanément avec plusieurs personnes, une seule fenêtre s’affiche, comme pour la plupart des clients libres. Par contre le système, qui ressemble fort à celui de la barre latérale Mozilla des grandes heures, est assez déroutant. En fait, ça ressemble à un empilement de conversations, dont seule l’active est étendue. Ça doit être assez peu pratique lorsqu’il y a beaucoup de conversations simultanées, surtout au niveau de l’espace nécessaire. Mais enfin, les onglets qui dépassent de la fenêtre dans Gaim ne sont pas forcément une meilleure solution. Par contre, je n’ai pas trouvé comment mettre une conversation sur une fenêtre à part. Sous Gaim, il suffit de glisser-déplacer l’onglet voulu en dehors de la fenêtre pour qu’une nouvelle fenêtre se crée, et faire le trajet inverse pour la remettre à sa place. Ça manque dans Google Talk. Sans avoir testé plus longuement le système, je crois que je préfère les onglets.

Comme pour tous les clients IM sous Windows, un nouveau message provoque une notification, en bas à droite, sur la barre des tâches, si la fenêtre de discussion n’est pas active. C’est énervant (je trouve) mais je n’ai pas trouvé comment le désactiver.

En résumé, je trouve que Google Talk est une base prometteuse. J’espère qu’il se maintiendra dans la sobriété, en contrepied avec l’opulence d’un MSN ou d’un Yahoo! Messenger. Le paris est osé, mais l’interface, très propre, très stylée Google, atteint son but. Le nombre limité d’options fait qu’on ne se pose pas de question, que tout est vraiment straightforward, comme disent nos amis anglophones. Sans être un fan de Google Inc, je pense qu’on tient là un bon produit en devenir, pour peu que quelques détails d’ordre technique soient améliorés. Je pense notamment à la communication avec les autres serveurs Google. J’ai lu que des versions Linux et MacOsX étaient prévues. On verra.

Et pour les sceptiques, voici à quoi ressemble mon client IM (le très imparfait Gaim) :

[1][l] Eh oui, il ne fonctionne pour l’instant que sous Windows… [2][m] J’ai déjà un autre compte Jabber et je ne compte pas utiliser le compte Gmail d’ici à ce que l’interopérabilité avec les autres serveurs Jabber soit acquise. Pas la peine donc de me demander mon adresse.