Steve Frécinaux

Crash Disque

© Dirk Tacke via http://sxc.hu

Il y a plus d’une semaine maintenant, mon disque dur bien aimé, celui de l’ordinateur portable, rendait l’âme. Au programme, perte de données diverses, incluant une bonne partie de mes photos récentes (auxquelles j’apportais une grande importance), certains billets ou articles en chantier, quelques mots de passes et divers fichiers, dont les pertes n’ont pas encore été estimées avec précision. Une erreur que le programme de diagnostic de Fujitsu a désigné sous le doux nom de B101R1, et que le type du support technique, un américain moyen que j’ai attaqué de front et de beau matin (chez lui) via le LiveSupport, a désigné comme « irrécupérable, et pour le disque dur, direction poubelle ». Ironie du sort, ou prévenance paternelle, le lendemain je recevais un Linux Mag justement consacré à la protection des disques durs et des données. Un peu tard.

Une telle perte est une expérience traumatisante qui amène quelques réflexions quant à la forme que prennent les sauvegardes des données, aux mauvaises habitudes qui y sont liées, bref, à la pérennité des données. Peut-être en reparlerai-je ultérieurement, car, circonstance agravante, je suis un obsédé de l’information…

En attendant, le portable incriminé, et son disque dur, encore sous garantie, ont rejoint le support technique hier. Dans une semaine environ, je devrais normalement le récupérer. S’il ne s’est pas perdu, évidemment. Je serais curieux de savoir quelle(s) mauvaise(s) surprise(s) m’attendent…

J’ai donc récupéré mon ordinateur portable, avec un nouveau disque de même capacité, un nouveau Windows XP (normal, vu qu’il était fourni avec), un service pack 2 et… un nouveau lecteur de CD-ROM, car le mien était paraît-il défaillant. On ne s’en plaindra pas. Et pour ceux qui craignent le pire, ne vous en faites pas, Linux a repris ses droits sur ma machine, depuis lors.