Steve Frécinaux

Sémantique et italique

Il m’est venu l’envie soudaine de dépeindre en fresques épiques le naufrage du Titanic, l’épopée de l’Argo d’Ulysse ou, plus récemment, du bombardier Memphis Belle, ou encore l’agonie du porte-avions USS Yorktown, mais, comme de bien entendu, ce n’est pas possible a priori. Pourquoi ?

Une simple emphase ?

C’est une question qui m’est venue à l’esprit lors de l’une de mes saines lectures (Réalitée partagée de N. Kress). Il s’agit d’un récit de science-fiction, dans lequel il est question d’un vaisseau, le Zeus. Et comme, à l’instar des musiciens, le webmestre est toujours à l’affut d’une mélodie familière, je me suis demandé comment, si je me décidais à moi aussi décrire les aventures d’un tel bâtiment, je pourrais m’y prendre pour baliser son nom, de façon la plus sémantique possible…

Le commun des mortels, qui s’est intéressé à la question de la sémantique, par pur effet de mode plus que par pragmatisme, me proposera certainement d’utiliser la balise <em>, mais ce choix me semble inapproprié, parce que, si les noms de bâtiments doivent en français s’écrire en italique, il ne s’agit pas pour autant d’une emphase. Et de cette distinction découle quelques ennuis pratiques.

Imaginez par exemple un mal-voyant, qui visite ma page avec l’aide d’un lecteur d’écran. À moins qu’il ne soit américain et patriote de surcroît, entendre son lecteur d’écran prononcer d’une voix enjouée les mots USS Yorktown autant de fois qu’ils n’apparaissent sur la page risque bien de lui taper sur les nerfs assez rapidement, surtout sur une page baptisée L’agonie du Yorktown… Autre exemple, si je voulais récupérer, via XSLT par exemple, toutes les emphases d’un texte (pour avoir un aperçu des idées principales du texte, pour obtenir quelques phrases d’illustration ou une base pour un résumé de type Google, etc.), les vingt-cinq occurences de <em>USS Yorktown</em> représenteraient là encore autant de parasites. Et vous pourrez certainement trouver d’autres exemples sans mon aide… Eh oui, la sémantique d’une page web n’est pas juste une affaire de geeks sans lien avec la réalité, elle a aussi son intérêt dans la pratique…

Solutions possibles

Donc, pour en revenir à notre sujet, comment faire pour baliser correctement le nom d’un bâtiment ?

A priori, trois solutions, autres que l’emphase, semblent acceptables, et chacune a ses qualités et ses défauts :

<span class="batiment">USS Yorktown</span>

Il s’agit d’une solution assez peu élégante, et qui surtout enlève toute réalité sémantique au marquage de tels éléments textuels. En effet, la différenciation de l’élément sur le fond du texte dépend uniquement de la feuille de style. Cependant je ne suis pas sûr qu’une convention de ce style soit uniquement de l’ordre de la présentation. Je pencherais davantage pour une solution introduisant une balise ayant une signification plus forte que le simple <span>… Et en plus, c’est lourd pour pas grand chose, après tout.

<cite>USS Yorktown</cite>

Je ne suis pas certain du bien-fondé de cette solution. On pourrait le justifier par le fait que l’on nomme une entité extérieure, mais d’un autre côté un navire a très peu de chance d’être à l’origine d’une quelconque citation… Cette solution n’a donc pas lieu d’être retenue, je pense.

<i>USS Yorktown</i>

J’endends déjà hurler certains promoteurs des standards, comme quoi <i> est une balise de présentation et n’a donc pas lieu d’être utilisée. Et pourtant…

Je ne suis pas sûr que la balise ayant succédé à celle-ci dans le coeur (et surtout l’esprit) de beaucoup, une certaine <em>, ait une fonction identique. Sinon, pourquoi remplacer l’une par l’autre ? Non, selon moi la meilleure façon de baliser un nom de bateau est bel et bien celle-ci. Elle laisse une trace de la règle typographique dans le code source, et sait se faire discrète sur certains médias qui de toute façon ne sont pas en mesure d’appliquer une telle règle (à moins bien sûr qu’un lecteur n’ait dans son panel vocal une voix italique, ce qui m’étonnerait assez).

Et cette balise peut certainement aussi trouver un emploi dans le cas des mots latins courants, comme « a priori » ou « via », ou encore aux mots frappés par la courante sentance « en français dans le texte » !

Je vous encourage à continuer la réflexion dans les commentaires de ce billet, et à m’éclairer de vos lumière. Me trompé-je ? À vous de me le dire !