Steve Frécinaux

Presque fini, courage !

Trouvé je-ne-sais-plus-où :

BLOCUS : Infection récurente et coriace se propageant dans les milieux estudiantins dans des périodes précises telles que les mois de décembre- janvier ou mai-juin. Les symptômes les plus fréquents se traduisent par :

  1. une forte tendance à balancer ses syllabus par la fenêtre et à se tirer vite fait au café du coin pour noyer son incompréhension et son ras-le-bol en compagnie d’indigènes connus sous le nom de foireux ;
  2. une fréquentation inhabituelle des photocopieuses ;
  3. des envies de meurtre à intervalles réguliers envers les $%@{§ qui ont écrits ce £#ç&°% de syllabus ;
  4. une hygiène corporelle en chute libre ;
  5. une recherche intensive de cours complets auprès de personnes que vous ne connaissez qu’à peine ;
  6. une tendance à regarder par la fenêtre, à rêvasser et à faire des pauses de plus en plus longues à mesure que le blocus avance ;
  7. une forte envie de se taper la bouteille de vodka traînant sur le meuble et de se fendre le pommeau jusqu’à plus soif ;
  8. une autre tendance à contacter des gens qui vous semblent encore plus mals barrés que vous par simple désir de réconfort ;
  9. une consommation impressionnante de caféïne qui va jusqu’à vous faire penser que vous êtes atteint de Parkinson.

Aucun remède n’a été mis au point jusqu’à ce jour. Mais, il reste, malgré tout, des solutions telles que la fuite, le suicide ou l’homicide.

Bon, je vous l’accorde, c’est un peu (beaucoup) exagéré sur certains points, mais c’est tellement vrai sur d’autres…

Allez, courage, plus que deux !