Steve Frécinaux

Linux pour Windows

Mon Linux est mort, un apt-get dist-update lui a fait la peau, rapidement, proprement, le pauvre n’a pas eu le temps de souffrir. Probablement à cause du mélange de programmes issus de paquets et d’autres recompilés sur site, ce qui a fait que la base de données du gestionnaire de paquets n’était plus à jour, pour certains paquets importants notamment… Oui, je sais, seul le serveur graphique a été atteint, mais tant pis, il n’y avait encore rien de bien utile sur cet ordinateur et de toute façon je n’ai pas encore le niveau nécessaire pour le récupérer, donc je vais réinstaller… Probablement une Gentoo.

Mais alors que je retrouve le système Windows qui est installé sur le portable (je n’ai pas la possibilité d’y mettre un Linux pour le moment, donc on fait avec), il est cruel de constater que certaines fonctionnalités plaisantes et communes sur le système libre, qui m’étaient vite devenues indispensables, n’existent pas initialement sous Windows. Partons donc à la chasse aux programmes…

Les logiciels qu’on ne cite plus…

…et qui ne devraient donc peut-être pas être cités ici car ils sont déjà très présents dans le monde Windows, mais je ne résiste pas à la tentation de leur faire un peu de pub. En vrac, et en libre, accédez au monde du graphisme avec The Gimp, Sodipodi et Blender, révolutionnez votre bureautique avec OpenOffice.org, et surtout, naviguez librement et sans contraintes avec la Rolls de l’internet, mieux connue sous le nom de Mozilla

Votre propre serveur SMTP !

L’intérêt de ne pas devoir passer par le service SMTP de son FAI pour envoyer un e-mail peut ne pas être évident pour le commun des mortels, mais pourtant il existe dans certains cas, par exemple dans le cas d’un ordinateur portable (qui ne se connecte pas toujours à internet avec le même FAI, on évite ainsi de devoir reconfigurer sans cesse sont client mail) ou plus bêtement dans le cas où le serveur d’envoi du fournisseur perd les pédales, ce qui est rare mais n’en arrive pas moins…

Comme équivalent de Postfix et Sendmail (qui remplissent cette fonction sous Linux), PostCast Server Free Edition se présente comme le candidat idéal. Relativement léger, il s’installe et se configure en un tour de main, et par la suite, une légère modification de la configuration de votre client mail (par exemple, Thunderbird) vous permettra d’envoyer vos e-mails. Mais comme souvent sous Windows, ce logiciel n’est pas libre, et il vous demandera vite de vous enregistrer, pour pouvoir continuer à utiliser la version gratuite.

Enroulez vos fenêtres

Sous Linux, un double clic sur la barre de titre d’une fenêtre masque le reste de la fenêtre, de sorte que seul le titre reste visible. Il est possible de faire pareil sous Windows avec un utilitaire appelé WinRoll, qui permet donc d’enrouler les fenêtres, mais aussi plein d’autres choses, comme par exemple rendre une fenêtre semi-transparente, ou, plus intéressant, forcer la réduction d’une fenêtre dans la zone de notification (près de l’horloge) plutôt que dans la barre des tâches. Ça peut sembler assez anodin à première vue, mais dans le cas de logiciels restant toujours ouverts mais ne pouvant se réduire de cette façon (par exemple, Thunderbird), c’est tout simplement redoutable… On aurait quand même apprécié de pouvoir activer/déséctiver chacune des actions possibles au cas par cas…

Discutez avec d’autres internautes

IRC est un mode de communication léger qui a la côte sous Linux, il permet de faire de vraies conférences, de rechercher de l’aide, et même de discuter seul à seul. Mais sous Windows, il est assez peu connu, car aucun client n’est intégré au système (à la différence de MSN, mais IRC est cependant quelque chose de bien différent), et aucun client de ma connaissance sous Windows n’est aussi agréable à l’emploi que celui que j’ai découvert sous Linux, XChat. Mais, ô magie, ce client est aussi disponible sous Windows !

Comme alternative, il existe aussi ChatZilla. Voilà, vous n’avez plus d’excuse, rejoignez-nous sur #openweb ! ;)

Le meilleur pour la fin

Sous Linux, la fonctionnalité du bureau qui m’a plu le plus est certainement les bureaux virtuels, qui, au nombre de dix, remplaçaient avantageusement chez moi la barre des tâches. C’est fou ce que ça permet de gagner de l’espace, et de retrouver un peu d’ordre, surtout quand on a beaucoup d’applications qui tournent, et encore plus avec cet horripilant système d’« empilement » propre à Windows XP.

Et bien figurez-vous que les bureaux virtuels sous Windows, c’est possible. Ce n’est certe pas la panacée, ça n’a pas la qualité de ce qu’on trouve dans le libre, c’est lent et pas très pratique, appelons ça le minimum vital si vous voulez, mais c’est utilisable, c’est le principal. Donc, je disais, ça existe sous Windows, jetez donc un oeil du côté des PowerToys et du Virtual Desktop Manager. On aurait quand même apprécié une façon plus simple de changer une fenêtre de bureau…

Dans ces PowerToys, pensez aussi à récupérer CmdHere qui permet d’ouvrir un terminal à partir de n’importe quel répertoire dans l’explorateur, et l’indispensable TweakUI qui vous permettra d’enlever quelques guirlandes à ce système d’exploitation décidément trop fluo à mon goût.

En attendant, même avec tous ces utilitaires bizarres, Windows XP Home et sa grosse flatte verte flottant au ras de l’écran sont toujours de trop sur ma machine… Autant vous l’avouer tout de suite, je me languis de mon Linux.

Allez, Linuxichou, reviens, je t’aime quand même !