Steve Frécinaux

Imbroglio familial

Les relations entre les divers membres de sa famille sont souvent assez complexes (vous avez sans-doute déjà entendu votre grand-mère parler du mari de la petite-soeur du beau-frère de la fille de la cousine de sa mère). Je pensais avoir trouvé une perle rare, le summum de l’incompréhensible, dans un texte fictif, mais il n’en est rien, la réalité dépasse de loin la fiction, parfois…

Voici donc le texte fictif, en premier lieu. Celui-ci est issu de la BD Les petits hommes 23 : le dernier des petits hommes, de Seron :

Je suis marié avec une veuve, laquelle avait une fille ; mon père a épousé cette fille. Donc, à cette heure, mon père est devenu mon gendre puisqu’il a épousé ma fille. Et ma belle-fille est devenue de ce fait ma belle-mère. Ma femme et moi avons eu un fils. Cet enfant est donc le fils de la mère de la femme de mon père, donc le beau-frère de mon père, en conséquence mon oncle, puisqu’il est le frère de ma belle-mère. Mon fils est donc devenu mon oncle. Quant à la femme de mon père, elle a eu à Noël un garçon qui est à la fois mon frère, puisqu’il est le fils de mon père, et mon petit-fils, puisqu’il est le fils de la fille de ma femme. Ma fille se trouve être ma mère, puisqu’elle est devenue la femme de mon père ; en plus du fait que je suis le mari de la mère de cette femme, donc son père, je suis aussi le frère de mon petit-fils. Comme le mari de la mère d’une personne est le père de celle-ci, il arrive qu’à cette heure, je suis le père et le frère de mon fils : je suis donc mon propre grand-père.

Passons maitenant à l’histoire réelle, expliquée en détail dans un livre que je n’ai pas lu, Pour l’amour de Jacques (Sophie Anquetil), qui est tellement énorme que je ne peux pas m’empêcher de la relater (‘vous inquiétez pas, ce site n’est pas le nouveau Voici)

Donc nous avons un homme (Jacques). Celui-ci se marie avec une femme (Jannine), stérilisée pour raisons de santé. Cette femme a d’orres et déjà deux enfants, une fille (Annie) et un garçon (Alain). Comme l’homme veut plus que tout avoir une enfant, il faut faire appel à une mère porteuse. Pour que l’enfant soit le plus proche possible de la femme, c’est la fille de celle-ci qui, d’un accord commun, sera la mère porteuse. L’enfant est une fille, et est appelée Sophie. Plus tard, le père aura un fils (Christopher) de la femme d’Alain. Aucun inceste biologique, mais un joli imbroglio dans les liens familiaux…

J’espère que vous avez fait un schéma, parce qu’au total, ça devient compliqué. On peut dire que Sophie est la tante de son demi-frère Christopher, qui est aussi son cousin, et est la nièce de son autre demi-frère, Alain. D’un autre côté, Jacques, son père, est aussi son grand-père. Et le plus surprenant, c’est que Sophie est la soeur de sa mère biologique…